La passion Van Gogh

Je suis trop forte en négociation, quand je m’y mets… Dimanche dernier j’ai réussi à négocier le ciné : mon mari et mes filles devant « Les emoji » et moi peinarde devant « La passion Van Gogh ». Même heure, même durée de film… Je sais, je suis diabolique ! Mon mari aurait volontiers échangé les places, mais je ne vais quand même pas lui refiler mes trucs, il n’a cas en avoir aussi, des coups de génie.

Bref, j’étais contente de moi et j’abordais le film plutôt dans de bonnes conditions 😉 Les images de la bande annonce m’avaient enchantées et je me suis plongée avec délectation dans la peinture de Van Gogh.

Comme vous pouvez le voir, c’est véritablement un plongeon dans un mode Van Goghien où tout serait vu avec ses yeux. C’est plutôt agréable à regarder, très bien fichu, même s’il arrive que cela tangue un peu (je n’ai pas eu le mal de mer…). J’ai été bluffée par la technique, d’autant que le film est présenté comme étant le premier long métrage entièrement peint à la main. Probablement avec un peu de naïveté, je me suis demandée pendant un moment comment cela pouvait être possible… Les personnages, expressions, mouvements étaient tellement bien rendus… Une petite brochure ramassée à la sortie permet de comprendre tout cela. De vrais acteurs ont bien tourné les scènes et des peintres animateurs ont ensuite retravaillé les scènes en peinture. Dixit la brochure  » Chacun des 62 450 plans est une huile peinte à la main par 90 artistes professionnels venus de toute l’Europe… » Ouaou… ça c’est du projet ambitieux. Mais Van Gogh le mérite bien, non ?

Mais au fait, c’est bien joli tout ça, mais que se passe-t-il dans ce film ? Une énième bio de Van Gogh ??? Et bien non, il s’agit d’une sorte d’enquête, menée par Armand Roulin (l’homme à la veste jaune). Armand est le fils du facteur Joseph Roulin qui a remit beaucoup de courrier pour Van Gogh. Joseph, c’est lui :

Van_Gogh_-_Bildnis_Joseph_Roulin.jpeg

Joseph Roulin


Et voici Armand dans les trois versions : au centre le portrait original de Van Gogh, à gauche, l’acteur et à droite la peinture utilisée pour le film.

300293.jpg-r_640_256-f_jpg-q_x-xxyxx

L’acteur / Le portrait original de Van Gogh / La peinture dans le film

Bon, Armand est très légèrement dramatiquement magnifiquement beau dans le film. Mais ça c’est de la faute à l’acteur. On ne va peut-être pas trop s’en plaindre quand même.

Je disais donc qu’Armand même une enquête. Peu après la mort de Van Gogh, une lettre de sa main adressée à son frère Théo est retrouvée. Joseph charge Armand d’aller la remettre à Théo. Il n’est pas vraiment enchanté, mais il fini par y aller et par découvrir que Théo est mort lui aussi peu après Vincent. Il cherche alors à qui remettre cette lettre et va à la rencontre de personnages ayant connu Van Gogh. On croise alors le père Tanguy, le docteur Gachet. Enfin, de vieilles connaissances pour peu que l’on s’intéresse un peu à Van Gogh.

8451600-13272845

Le père Tanguy

260px-Portrait_of_Dr._Gachet

Le docteur Gachet

Armand enquête alors sur les circonstances troubles de la mort de Van Gogh. Pourquoi se serait suicidé alors qu’il semblait bien aller ? Comment ? Avec quelle arme ? Bref, j’ai crains un instant qu’une thèse biscornue ne soit avancée, mais non, le film ne tombe pas dans cet écueil. Au delà de la recherche de Van Gogh, Armand se cherche également lui même et suit ce parcours initiatique un peu comme s’il cherchait un but à sa vie.

Pour tout vous avouer, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs, j’ai failli piquer un petit somme. Mais cela a été bref  et malgré cela, je ne me suis absolument pas ennuyée (disons que les fauteuils devaient être particulièrement confortables).

Le vrai sujet du film est à mon avis cette formidable technique d’animation qui nous fait tomber dans la peinture de Van Gogh, comme si nous nous étions penchés un peut trop prêt du cadre… On remonte ses traces et j’ai adoré reconnaître au fil des images les tableaux de Van Gogh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *